Liang Chaoqun, "celui qui surpasse tout le monde"...

 

   Né dans la province de Canton, à Zhanjiang en bord de mer, Me Liang Chaoqun se passionne pour les arts martiaux et les pratique dès son plus jeune âge. Après avoir dévoré toute la littérature épique chinoise, le jeune garçon d’une douzaine d’années se met à écumer la presse martiale chinoise à la recherche d’un de ces grands maîtres que l’on dit en voie de disparition. Décidé à s’émanciper de son environnement uniquement consacré au Kungfu du Sud, il a comme idole un Bruce Lee dont les coups de pieds éclairs le fascinent.

En 1982, il se rend au temple de Shaolin avant même sa médiatisation, et ne trouve que les ruines laissées vacantes par les gardes rouges. Aucune école n’y était encore implantée, et Maitre Liang Chaoqun décide de rentrer chez lui dans le sud de la Chine, déçu, mais d’autant plus décidé qu’il sait que l’univers des arts martiaux chinois est parsemé d’embûches. C’est alors qu’il entend parler du célèbre Wan Laisheng dans un journal renommé de Kungfu. Plus que l’expert, c’est le personnage qui le touche à la lecture de cet article, et il décide de contacter cette légende vivante qu’est maitre Wan Laisheng en lui adressant un courrier. Malheureusement, le courrier du jeune homme reste une lettre parmi le flot que reçoit quotidiennement maitre Wan Laisheng.



Face à ce nouvel échec Liang Chaoqun ne se démonte pas, et décide au contraire de se rendre chez le maître pour le rencontrer en personne. Le jeune homme âgé de 15 ans entame alors avec l’aval et le soutien de ses parents un périple de trois jours et trois nuits en train à travers 5 provinces chinoise pour se rendre chez celui qui deviendra son mentor, son maître. La première impression que retiendra Liang Chaoqun de cet homme déjà âgé de 79 ans sera son extraordinaire et tonitruante voix. Il ne paraissait pas plus vieux que 60 ans. Me Wan Laisheng se montrera très aimable avec le jeune Chaoqun. Il consentait à lui enseigner pendant quelques temps dans son couloir, à la mode traditionnelle. Liang Chaoqun restera 6 ans, durant auprès de son maître, de 1982 à 1987 vivant presque en sa compagnie.

Au bout de trois années de pratique, maitre Wan Laisheng l’accepte comme Tudi, donnant accès à l’ensemble de la richesse de l’enseignement. Son maître le baptisera aux terme de ces 6 années, donnant son nom actuel à Liang Chao Qun en lui sommant de s’y conformer : «celui qui surpasse tout le monde».

Son maître le consacrera héritier du style à l’aube de sa propre mort en 1992. A l’issue de cette extraordinaire aventure avec Wan Laisheng et sur les conseils de celui-ci, Liang Chaoqun part à la rencontre d’autres experts et maîtres afin de parfaire son art et de découvrir d’autres styles.

Sa première expérience de l’enseignement, Me Liang Chaoqun la connaîtra dans sa vingtième année, avant de s’y consacrer entièrement à 23 ans. En hommage à feu son maître, il fonde l’association Wan Laisheng en Chine qui sera suivie de la création de l’association Wan Laisheng France en 1996.

Héritier de Me Wan Laisheng dans les styles Shaolin Liuhe Men, Shaolin Luohan Men et en Style Naturel Ziran Men, Me Liang Chaoqun perpétue ce savoir en France depuis maintenant 15 ans. Me Liang est de surcroît l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés aux arts martiaux chinois et édités entre autres par l’université des sports de Pékin. En 1998, Me Liang Chaoqun reçoit de la part de la fédération internationale d’arts martiaux chinois un prix pour sa contribution à promouvoir les arts martiaux chinois à l’étranger. Il reçoit également sa 7ième Dan en 2007. En 2010, il participe au septième championnat internationnal d'arts martiaux chinois de Hong-Kong, et obtient les premiers prix en Taijiquan et en Techniques de l'épée.

 

Pour un aperçu de l'enseignement de Maitre Liang Chao qun, regardez nos vidéos de kungfu, Taichi et autres!